les disques de détection

les disques de détection

Un disque ! Mais lequel ?...

Une question de taille pour un diamètre stratégique

  Chaque disque en son terrain. Il existe une multitude de disques de détection de toutes tailles, formes, et technologies. Comment s’y retrouver au beau milieu de tous ces « on dit » légendes urbaines et stratégies commerciales.   C’est une des premières questions qui viendra à l’esprit du débutant lors de son premier achat. Le grand classique étant évidemment celui qui ne voie que par les grands disques qui par définition voudraient dire puissance, la réponse est oui mais dans certains cas seulement.   Désolé pour ceux ayant cru déceler le cocktail miracle, si je peux être un brin rassurant, il n’y a pas de disque miracle.   Pour commencer qu’est-ce qu’un disque?   Inutile de faire un cours d’électronique, juste dans les grandes lignes rappeller  qu’un disque réagi lorsque une cible métallique passe dans son champs magnétiques.   Dans un disque de technologie VLF (très basse fréquence, les moins de 20khz) nous y trouvons 2 bobines tressé en cuivres, une émettrice et une réceptrice,   du coté des inductions pulsé en revanche, il n’y a qu’une seul bobine qui est à la fois émettrice et réceptrice.     On entend souvent parler de disques de détection Widescan (double D) et concentrique, ce qui les différencient, c’est le positionnements du bobinage comme ci-dessous.  

image 1

    A gauche le concentrique avec deux bobinages l’un dans l’autre, et à droite le Double D, nous y retrouvons bien nos bobinages en forme de D chacun opposés ce croisant en leurs axes.     Le concentrique produit une onde conique et le double D’une onde plus cylindrique ! Ces deux différents bobinages présentent chacun leurs avantages est inconvénients .

Pour les VLF

Le concentrique , de par son onde de forme conique sera le plus précis en terme de localisation, apporte une meilleur qualité de discrimination, rien à voir avec la réactivité, cela n’augmente pas la rapidité d’analyse du détecteur, c’est juste qu’à diamètre égal le concentrique couvrira moins de surface qu’un double D, qui dit moins de surface dit moins d’éléments à la fois à analyser pour le détecteur donc une meilleur analyse. Les disques concentriques seront intéressants pour travailler dans les ferreux en surface, à condition de réduire la sensibilité de manière à réduire la puissance pour encore moins d’éléments possible dans champs de détection afin d’avoir une sélectivité optimal, il reste énormément de cibles dans les 10 premiers centimètres masqué par les ferreux. Côté puissance c’est un peu plus compliqué. En terrain faiblement minéralisé aucun soucis la puissance sera au rendez-vous, en revanche dès que vous entrez dans une zone plus minéralisé ce n’est plus la même chose , les performances s’écrasent considérablement, ce qui en fait le point négatif des concentriques.     Les Double D , C’est un peu l’inverse du concentrique, certes le Pinpointing est moins précis, cependant ce n’est pas gênant avec un disque de moins de 25cm, idem pour la discri. les disques  double D couvrent plus de surface en raison de l’onde cylindrique que produit le bobinage, une bien meilleur pénétration en terrain minéralisé.  J e parle de minéralisation moyenne où le double D apporte considérablement , et non de sols extrêmes comme les sols aurifères que l’on trouve en Australie, dans ce cas le double D n’apportera rien seul l’induction pulsée pourra vous sauver . Avec un diamètre de disque de 20/22cm les double D seront à mon sens les plus polyvalent toutes tailles et bobinages confondu. Les fabriquant de détecteur de métaux l’ont d’ailleurs bien compris, en équipant d’office leurs haut et mi de gamme en DD de 22cm ce n’est pour le fun!    

Pour les inductions pulsées

  C’est une tout autre stratégie, les pulses sont à la base destinés à la recherche aurifère leurs technologies leurs permet de pouvoir s’affranchir de la minéralisation la plus extrême. En zone  pollué en ferreux cela devient plus compliqué parce que les pulses ne sont équipés d’un circuit de discrimination standard comme l’on peut trouver sur les VLF, les pulses sont seulement munis d’un masquage des ferreux sur les premiers centimètres, et qui plus est très lent a se réactiver après la coupure du threshold causé par le masquage des ferreux.   Le concentrique est cette fois ci le plus puissant, mais malheureusement le concentrique ne rend pas possible l’utilisation de la fonction masquage, donc le masquage des ferreux est impossible. Tous métaux obligatoires !...   Le Double D combiné à un pulse sera plus adapté à la recherche de monnaie, à condition d’être patient et d’avoir un balayage lent, et surtout pas peur de sortir du ferreux, en profondeur… je le répète le masquage des ferreux ne remplace pas la discrimination des VLF.       

image 2

    La dimension   Nous arrivons à la question de taille ! Comme il est écrit plus haut, les fabricants de détecteur pour la plupart ont opté pour la polyvalence en restant sur un diamètre de 20 à 22 ce qui est un excellent compromis. Chaque dimensions à ses qualités et ses défauts, pour les fans de grand disque puissant, évidement en tant que bon commerciaux certains vendeurs peu scrupuleux vous dirons « allez-y, foncez » ils vous feront un test dans l’air, vous en salivez, et c’est partie pour le paiement. Mais ce n’est exactement comme ça que cela se passe, un test dans l’air, ne correspond pas avec la réalité du terrain.       Voici pour les Doubles D sur VLF     Disque de 29 à 45 : Ces grands disques sont à utiliser dans des cas précis, _très faible pollution ferreuse _espace dégagé, on oublie la garrigue et maquis provençale, sol encombré (pierre et autre) _si pollution faible il vous reste les sous-bois pour traverser l’épaisse couche d’humus de certaines régions, prairie, champs, plage _puissant sur gros modules. Détecte les petites cibles mais sans pointer bon courage… _intéressant en rapport temps/ surfaces détectées. _attention au poids ! La fatigue vient plus rapidement.     De  25 à 28 : les entres deux _vous pouvez commencer à taquiné le ferreux (pas l’idéal mais on s’en sort) _ la localisation se fait plus facilement _un petit gain de puissance sur petit moyen et gros module par rapport au 20 à 24 _un bon compromis surface/puissance pour un poids correct.   De 20 à 24 : les tout terrains _ Une sélectivité bien meilleur, une nette différence se fait ressentir en zones ferreuses. _ Un poids appréciable  pour une journée complète de détection. _ la localisation devient un jeu d’enfant. _ Bonne puissance sur tous types de modules _ Les plus polyvalente.   De 15 à 19 : encore du punch ! _ Toujours plus sélective _  Très sensible aux tous petits (à partir de 14khz) surtout les Double D _ Petite perte de puissance en rapport au 20/22, néanmoins certaines sont impressionnantes C’est le cas de 5.75 (15cm) Widescan de chez Tesoro qui me surprendra toujours _  Ce faufile parfaitement entre pierres et buissons   disque de detection       Les moins de 15 : l’effet scalpel et pollution extrême   _ Associé à un détecteur rapide elles deviennent imbattable en milieux ferreux _ Ultra légère _ Et peu malgré tout allez chercher un Napoléon 10 centimes entre 15 et 20cm _idéal pour prospecter les murs et recoins _le point négatif, la couverture évidemment ! Ce n’est pas le but recherché     Les elliptiques : cas particulier   Incontestable fan de la 24/11 DD d’XP et d’autre comme les celles de chez Troy (Shadow x5 et x3 en 19khz pour les connaisseurs)  je ne pourrais que vous en dire du bien, souvent mis sur la touche au premier regard à cause de 11 cm de large qui donne l’impression d’avoir une mauvaise couverture, et bien absolument pas !!!! Le balayage  s’effectue dans le sens de la longueur, les 24 et non les 11cm, donc vous avez une couverture de 24 et vous êtes 2 fois plus sélectif qu’un 22 (22/2= 11)   image 4 image 5   Coté performance,  les sceptiques détrompez-vous ! Là encore la taille induit en erreur, la différence avec les 22 est dérisoires, peut-être encore sur les très gros modules, et encore… ce n’est pas gagné.   Je fais partie des ultras impatients du prochain  elliptique du Deùs d’xp, mais ça je crois que vous l’avez compris.       En conclusion   Comme nous venons de le voir dans certaines configurations chercher la puissance ne vous apportera ni plus ni moins qu’un handicap. Chaque dimension a sa configuration. Ce sera vos terrains de prédilection qui détermineront la dimension la plus adapté. Il suffit de se poser les bonnes questions. Environnement : Pollué, dégagé, encombré, minéralisé, sous-bois… Sec ou humide, une fréquence élevé sera plus instable dans l’humide. L’instabilité ce fait plus clairement ressentir au-delà des 18khz. Justement parlons fréquence qui a également son mot à dire. Il est évident qu’une sélectivité optimale ne peut être obtenue qu’avec une fréquence élevé combiné à un petit disque, tout comme une grosse masse avec une fréquence basse et un grand disque. Paradoxalement il existe des petits disques en 4khz… ce sera forcément plus sélectif. Mais quel est l’intérêt de chercher à améliorer un 4khz dans la pollution. Autant passé au 18khz, même équipé d’un 22 en DD fera déjà mieux…   Bonne pioche Cédric pour David Détection